Réseau d'observateurs de la neige pour le massif des Vosges

La première piste, la plus souvent évoquée, est celle du manteau neigeux qui disparaît laissant un sol plus foncé qui s’échauffe davantage. Cette chaleur est ensuite transmise aux basses couches de l’atmosphère.

La langue terminale de la Mer de Glace dépourvue de son manteau neigeux, avril 2022. Photo Alain Fouchet, ©Niv’ose

La deuxième piste est cette fameuse couche d’inversion survenant l’hiver et qui affecte les vallées et plaines couvertes d’un voile de pollutions jouant alors le rôle de parasol en renvoyant le rayonnement solaire vers l’ atmosphère.

https://theconversation.com/le-destin-de-lantarctique-sur-un-fil-ou-le-double-role-des-nuages-dans-le-rechauffement-climatique-185467

Refuge du Promontoire. Photo Alain Fouchet, ©Niv’ose

Une troisième piste est l’augmentation du taux d’humidité dans l’atmosphère qui augmente en montagne l’effet de serre.

Photo Alain Fouchet, ©Niv’ose

Si l’augmentation du réchauffement est bel et bien attesté par de multiples travaux, les processus qui en sont à l’origine sont complexes et demandent encore à être étudiés. Le rôles des nuages est l’une des clef pour mieux comprendre tous ces phénomènes.

https://theconversation.com/les-nuages-enfants-terribles-du-climat-113102