Réseau d'observateurs de la neige pour le massif des Vosges

Certains jours, l’observateur nivo assiste brièvement à des spectacles magiques. Les dieux de la montagne sont alors avec nous, comme en ce 3 décembre 2021 lors d’un sondage par battage. Ce halo solaire apparaît dans un nuage de cristaux de glace emportés par le vent.

(c) P-M David

Ce n’est pas toujours le cas. Par fort vent d’ouest et sous une pluie battante, le travail de l’observateur n’est plus une partie de plaisir. Il faut se battre avec les éléments. Les mauvais génies rôdent, profitant d’une rafale pour embarquer le matériel.

(c) P-M David

Jeudi 17 février 2022, des trombes d’eau se sont abattues sur les crêtes. La visibilité est réduite. Seul, le bas des couloirs d’avalanches est visibles sous les nuages qui accrochent le sommet du Hohneck. Il fait 3°C. Sur le site Niv’ose, des rafales à 30 km/h sont enregistrées, 70 km/h à l’orée des Chaumes et plus de 100 km/h sur les sommets.

La Chaume des 3 Fours est encore parfaitement enneigée, la glisse est excellente. Pas besoin de pousser sur les bâtons, le vent est notre ami cette fois. Tout le domaine nordique est ouvert. Nous effectuons une coupe dans les 50 cm de neige qui résistent toujours au redoux. Les croûtes de neige gelée qui résultent des pluies verglaçantes de début février tranchent nettement avec les couches de neige tendre intercalaires. Toute l’épaisseur de neige est aux environs de 0°C, donc très humide et molle. Le sol n’est pas gelé.

C’est une véritable pile d’assiettes.

(c) P-M D

Après cette rapide coupe stratigraphique, nous procédons à un test de stabilité pour vérifier la robustesse du manteau neigeux. Au premier geste, et c’était prévisible, la colonne de neige se fracture et s’effondre.

Avec ces changements brutaux de temps, seule l’analyse du terrain au jour J, permettra de prendre la bonne décision.