Réseau d'observateurs de la neige pour le massif des Vosges

Jacques Dieterlen est un journaliste, écrivain et dessinateur français né à Cannes (Alpes-Maritimes) le 28 novembre 1893 et mort à Gérardmer (Vosges) le 24 novembre 1959 . Il est connu pour avoir voué sa plume à la cause du ski en France dans les années 1930. Mutilé de guerre, Jacques Dieterlen se porte volontaire pour diriger le Foyer du soldat du col du Collet (Vosges) où il découvre le ski dont il devient vite un adepte inconditionnel. Wikipédia.

Son dernier roman : Honeck. Histoire de soldats (1946) est récompensé du prix Erckmann-Chatrian

A déguster un soir de tempête dans un refuge d’altitude.

HONECK avec un seul H n’est pas dû à une faute de frappe, c’est bien le titre de cet ouvrage dont le sous-titre est Histoire de soldats. Édition de 1946 (collection P-M David).

AMBIANCE!

« L’implacable hiver vosgien s’était emparé maintenant de la montagne. Une neige épaisse recouvrait la forêt. Elle tombait tout droit, comme si le ciel descendait par morceaux sur la terre. Puis tout à coup, c’était la rafale»

P-M David (c) OLYMPUS DIGITAL CAMERA
P-M David (c)

« Nous nous étions arrêtés, pour parler, sous l’auvent de la ferme des Trois-Fours, dont le côté nord était complètement enseveli sous la neige . »

P-M David (c) OLYMPUS DIGITAL CAMERA

1917 au camp du Collet

« Ces jours-là, la forêt ressemblait à une véritable fourmilière ; autour des baraques et sur la place, c’était un va-et-vient ininterrompu de chasseurs alpins vêtus de la longue pèlerine bleue, de territoriaux rentrant de corvée, la pelle sur l’épaule, ou de muletiers reconduisant leurs bêtes… »

« Quittant la route, le convoi prenait l’étroit sentier du Cheval Blanc, qui descendait en zigzagant au milieu des éboulis…Les hommes et les bêtes avançaient lentement, à pas prudents, la tête basse, dans une sorte de résignation douloureuse. .. On n’entendait dans les bois que le martellement cadencé des sabots des mulets sur les pierres… »

« Des attelages de chiens esquimaux, tirant des traîneaux bas, traversaient le col à toute allure ; leurs conducteurs, les pieds posés sur les patins arrière, faisaient claquer un long fouet sur les bêtes ».

Sur les crêtes.

« c’était, en effet, une de ces journées extrêmement rare dans les Vosges, où l’on a l’impression que le monde entier baigne dans l’eau très pure d’un diamant ».

P-M David (c)
P-M David (c)

« Il regardait avec une attention extrême les pointes de ses skis couper la neige comme une étrave de navire… »

P-M David (c)

A tous ceux qui partent en montagne, bonne trace.